Skip to main content
All Posts By

Tanguy Verheyen

Accueil de réfugiés ukrainiens à Woluwe-Saint-Pierre

Par Interpellations, Mes actions Aucun commentaires

Monsieur le Bourgmestre,

En cette terrible période de guerre en Ukraine et l’afflux de nombreux réfugiés cherchant à fuir leur pays, nous connaissons l’importance, en Belgique, du rôle exercé par les communes qui sont en première ligne pour accompagner le meilleur accueil possible.
 
Il nous apparaît important dans ce contexte et face aux dernières évolutions du conflit de faire le point sur la situation pour Woluwe-Saint-Pierre et la manière dont nous répondons, à notre niveau, à cette crise et ses enjeux :
  • combien de réfugiés ukrainiens ont été accueillis à Woluwe-Saint-Pierre depuis le début de la crise ? Quelle est l’évolution de la situation ?
  • de quelle façon la commune accompagne-t-elle leur accueil aujourd’hui ?
  • quels sont leurs besoins ? Quelles sont les principaux problèmes face auxquels vous êtes confrontés ?
  • combien d’habitants se sont manifestés afin de proposer leur aide? et de quel type ? (logement, dons alimentaires, vestimentaires, etc.)
  • comment se répartissent les rôles entre les actions prises par notre commune et celles prises par notre CPAS et quelles sont-elles précisément ?
  • comment sont organisées les relations avec les écoles (primaire et secondaire) de notre commune ? Trouvons-nous assez-de places ? quelle est la situation des étudiants ukrainiens qui étaient scolarisés en hautes écoles et universités ?
Vu le dossier intitulé "Interpellation - "Accueil de réfugiés ukrainiens"", inscrit à l'ordre du jour du Conseil communal à la demande de M. Tanguy VERHEYEN et Mme Anne-Charlotte d'URSEL, conseillers communaux ;

Deux dossiers emblématiques adoptés lors du dernier Conseil Communal grâce au soutien de l’Open MR

Par Journaux communaux, Mes actions Aucun commentaires

Pour garantir la présence de distributeurs de billets dans nos quartiers

Nous avons pris l’initiative et déposé des textes à la Région bruxelloise et à la commune de Woluwe-Saint-Pierre développant les mesures à prendre pour enrayer la disparition des distributeurs de billets et agences dans les différents quartiers de Woluwe-Saint-Pierre. Comme vous avez pu le lire une motion a finalement été adoptée le mois dernier à l’unanimité du conseil communal. Nous nous réjouissons qu’un combat dont nous étions précurseurs soit aujourd’hui rejoint par l’ensemble des partis.   

Pour lutter contre l’augmentation drastique du coût du stationnement à Bruxelles

Le Gouvernement bruxellois a soumis un nouveau projet de réglementation régionale en matière de stationnement, sur lequel notre commune s’est positionnée dans la douleur. En effet, la majorité Liste du Bourgmestre/Ecolo/Défi s’est déchirée en proposant deux textes distincts. D’une part celui de la liste du Bourgmestre et, d’autre part, celui du nouvel axe Ecolo/Défi wolusampétrusien.

Si le premier texte est clairement négatif à ce projet, le second est nettement moins clair… Favorable, dit Ecolo. Nuancé et avec quelques remarques, dira DéFi. Une position Ecolo/Défi qui ne risque pas d’amener la Ministre de la Mobilité à revoir sa copie.

Reconnaissons tout d’abord que le timing du dépôt de cet arrêté stationnement par le gouvernement a de quoi interpeller. En pleine crise économique et sanitaire, les Bruxellois sont confrontés à une explosion des prix de l’énergie et une baisse de leur pouvoir d’achat et c’est ce moment-là que le gouvernement bruxellois choisit pour augmenter le coût des cartes de riverains, des amendes et le coût du stationnement, partout, dans toutes les zones, et de manière drastique sans aucune analyse spécifique à chaque quartier.

L’Open MR défend une politique équilibrée en matière de mobilité et c’est pourquoi nous sommes fermement opposés au projet d’arrêté qui nous est soumis par le Gouvernement bruxellois. Tout comme les communes de Saint-Josse, Koekelberg, Evere, Berchem, Etterbeek ou encore Woluwe-Saint-Lambert. Ces augmentations des tarifs de stationnement vont accabler en particulier les Bruxellois qui n’ont pas de garage, les familles, les professionnels, les indépendants, les classes moyennes, les personnes défavorisées. N’oublions pas que 47% des Bruxellois possèdent une voiture, et que 24% des Bruxellois les plus pauvres en ont une. A WSP, nous comptons 22.000 véhicules motorisés, ce qui représente, pour se faire une idée, le nombre de boîtes aux lettres sur notre commune.

L’autonomie communale est véritablement mise à mal dans l’arrêté du gouvernement. Or qui connait mieux qu’une commune les besoins de ses habitants, la dynamique de ses quartiers, la pression qui est exercée sur son stationnement ? Le nombre de cartes de riverains à donner, les cartes de dérogations, le prix des cartes visiteurs, la durée des places shop and go pour soutenir les commerces. Ce n’est pas à la région de décider. Fini la demi-heure gratuite et que dire des 3/4 d’heure sur la place Dumon qui avait pourtant fini par réconcilier autorités communales, commerçants et habitants ?

Excessif, disproportionné, anti-commercial voilà quelques-uns des qualificatifs donnés par de nombreuses communes bruxelloises à l’égard de l’arrêté. Il faut le réformer en profondeur !

Mais quel est le véritable problème de la politique de stationnement à Bruxelles ? A ce jour, ce ne sont pas les tarifs, mais bien l’agence Parking.Brussels, sa gestion, son fonctionnement, sa comptabilité. S’il fallait la réformer, rien n’imposait par contre au gouvernement d’augmenter drastiquement les tarifs. Vous l’aurez bien compris, nous nous y opposons fermement. Cela va dans le sens de l’avis présenté par la liste du bourgmestre et adopté au conseil, au nom de toute la commune de Woluwe-Saint-Pierre, grâce au soutien de l’Open MR. Celui-cia permis d’envoyer un signal fort à la Région soit un vote de 25 voix contre seulement 9 pour l’avis présenté par Défi et Ecolo.

Finances communales : les caisses sont à présent (presque) vides

Par Journaux communaux, Mes actions Aucun commentaires

D’année en année, nous alertons sur un train de vie trop dépensier de la majorité par rapport aux moyens dont nous disposons.

Très récemment, la situation du Covid a créé un surcoût de 2,5 millions d’euro à la commune et nous espérions un véritable plan, département par département afin de remettre nos finances sur les bons rails. Malheureusement, toutes les années se suivent et se ressemblent : aucun changement dans les dépenses. Covid ou pas Covid, la majorité ne change pas de trajectoire, ce qui nous inquiète.

Afin de se rendre compte de l’évolution financière de notre commune, il est utile de comparer la situation actuelle par rapport à 2012, lorsque le MR laissait les finances communales de Woluwe-Saint-Pierre parmi les mieux gérées des communes de la Région de Bruxelles-Capitale :

1. Augmentation de la dette à long terme de 26 %

Ceci est une grande première, la dette à long terme de notre commune va à présent atteindre plus de 29 millions d’euro, soit une hausse de 6 millions d’euro en à peine 10 ans.

Arrivé en 1983, alors que Woluwe-Saint-Pierre était l’une des communes les plus endettées de Belgique, le MR a tout fait pour réduire ce déficit et redonner du souffle à notre commune exsangue. En effet, il n’y avait alors même plus suffisamment de liquidité pour payer notre personnel en fin de mois… La dette était à un niveau de 163 millions d’euro et, mandature après mandature, n’a fait que diminuer.

Aujourd’hui, nous constatons une réelle rupture. Augmenter notre endettement ne revient ni plus ni moins à vivre au-dessus de nos moyens et faire porter cette charge aux générations futures.

2. Une diminution des réserves presque de moitié

Alors que notre commune disposait de réserves confortables, de l’ordre de 22 millions d’euro en 2012, celles-ci ont été consommées généreusement, ne laissant à présent plus que 14 millions disponibles.

Si d’un côté notre dette augmente, et que de l’autre nos réserves diminuent, on se rend vite compte de la rapidité à laquelle notre situation financière est en train de se dégrader.

3. Le coût du personnel augmente énormément (plus de 17% ces 6 dernières années) mais ce n’est pas uniquement à cause d’inflation…

Le coût de personnel représente 42% de nos dépenses. S’il est clair que cette année de fortes inflations auront un impact important sur celui-ci, il serait trop facile de se cacher derrière ce seul aspect. Trois autres paramètres méritent notre attention !

  • La commune emploie beaucoup plus de personnel que le cadre réglementaire. En effet, le « cadre » est une référence du nombre de personnel nécessaire à l’activité de chaque commune bruxelloise. Ainsi, si à Woluwe-Saint-Pierre 455 ETP (équivalent temps plein) sont suffisants, en réalité la commune en emploie 506.
  • Le nombre de personnes travaillant pour la commune ne cesse d’augmenter, cette année encore : +3 % par rapport à l’année dernière.
  • Le nombre de collaborateurs pour les échevins a augmenté et, si cela continue, il en coûtera 1 millions d’euros sur la mandature !

4. Le budget extraordinaire survit grâce à la vente du patrimoine et Brutélé… mais ceci aura une fin

C’est un secret de polichinelle, la vente du patrimoine communal n’a jamais été aussi soutenue et rythmée que ces 10 dernières années, il ne reste plus grand-chose… Et le budget 2021 n’y échappe pas ! Cette fois, la majorité vend une propriété avenue Declercq estimé à 450.000 €, un terrain chaussée de Stockel d’une valeur de 60.000 € et une maison au Chant d’oiseau  estimé à 1.300.000 €.

Par ailleurs, la majorité va utiliser le montant de la vente de nos parts communales dans Brutélé (10 millions d’euro) pour financer les 3 prochaines années. Sans cette vente exceptionnelle, le budget n’était simplement plus finançable. Et 3 ans, c’est juste assez pour tenir… jusqu’aux prochaines élections !

3 ans depuis les dernières élections : un bilan mitigé et des finances publiques qui se dégradent

Par Journaux communaux, Mes actions Aucun commentaires

Vous avez eu droit le mois passé, outre 10 pages politiques, à la moitié d’un magazine communal consacré au bilan de mi-mandat. Comme souvent, la réalité est plus nuancée que celle que s’attribuent les auteurs des faits d’armes…

Soyons de bon compte. Il s’agit d’abord de saluer le travail accompli en matière sanitaire, dans un contexte compliqué. Les Wolusanpétrusiens ont eu la chance de disposer d’un centre de vaccination sur le territoire de leur commune. Cette proximité est d’autant plus importante dans une commune qui compte un nombre important de résidents âgés, susceptibles de développer une forme plus grave du virus. Merci à tous les bénévoles pour l’énorme élan de solidarité dont ils ont fait preuve. Il faut aussi reconnaitre les avancées dans la pacification des relations dans les écoles communales, lesquelles avaient été sujettes à de grosses tensions lors de la précédente mandature.

A côté de ces éléments positifs, nous ne pouvons passer sous silence une série de motifs d’inquiétude.

Avant tout, le budget 2021 et la situation financière de la commune qui continuent de se dégrader. En analysant de près le budget, on s’aperçoit que les recettes sont factices. Elles proviennent en effet de la vente du patrimoine de la commune, ce qui participe en réalité à son appauvrissement.

Pour faire face aux dépenses extraordinaires, la commune prévoit de souscrire des emprunts supplémentaires pour 6.000.000€ et le CPAS pour 680.000€. Certes, les impôts n’ont pas  encore augmenté, mais la dette ne cesse de croître, le patrimoine s’évapore et les réserves de plus de 10 millions laissées par le MR en 2012 ont disparu. De plus, la dotation communale versée au CPAS a fortement augmenté, passant de 5.900.000 € en 2019 à 8.500.000 € en 2020. En 2019, année précédant le Covid, la situation du CPAS s’était déjà dégradée, mais par un tour de passe-passe budgétaire, on essaie de nous faire croire que l’augmentation de la dotation communale de 2.600.000 € en 2020 serait due uniquement à la crise sanitaire.

Le nombre de personnes travaillant pour la commune et plus précisément d’emplois équivalents temps plein est incorrect et apparait diminué alors qu’il est en constante augmentation. La majorité engage du personnel «politique» pour les cabinets des échevins hors cadre alors que du personnel communal compétent et expérimenté est à la disposition des échevins. Une première qui va coûter cher à votre portefeuille. Précisons qu’en matière de frais de fonctionnement, une augmentation de 2,3 % est autorisée par la Région, mais que le budget 2021 de la commune prévoit une croissance de 3,93%! En continuant sur cette voie, la commune va rendre irrémédiable une augmentation des
impôts dans les prochaines années.

Nous regrettons les projets immobiliers excessifs qui dénaturent les quartiers et auxquels s’opposent les riverains. Pour les Dames Blanches, par exemple, un accord a été trouvé entre la commune et la région pour 200 logements dont 120 sociaux là où nous aurions préféré préserver les espaces verts. Nous espérons que la consultation populaire sera lancée au plus vite pour renvoyer ce projet démesuré dans les limbes. La place de l’Orée et la rue François Gay sont également des exemples de passage en force de la commune sans l’avis des riverains. Dans tous ces projets, la commune bénéficie pourtant de leviers
importants pour modifier ceux-ci et pallier les problèmes de gabarit, luminosité, mobilité, environnement.

Un bilan mitigé donc, que nous continuerons à suivre attentivement depuis l’opposition!

Procédure de radiation du registre de la population

Par Interpellations, Mes actions Aucun commentaires

Monsieur le Bourgmestre,

La gestion des domiciliations et, le cas échéant, des radiations de certains habitants de nos registres est une tâche sensible et délicate. Etant donné les conséquences et l’importance que cette procédure aura pour les personnes concernées sur leur vie et leur situation administrative, nous souhaiterions faire le point sur le détail de celle-ci à Woluwe-Saint-Pierre ;
 
Questions posées au Collège des Bourgmestre et Echevins :
  • Comment une telle procédure est-elle déclenchée au sein de nos services ?
  • Comment l’enquête se déroule-t-elle ?
  • Quels garde-fous sont-ils mis en place pour s’assurer de ne pas commettre d’erreur lors de la décision de radiation ?
  • Combien de citoyens sont-ils concernés par an à Woluwe-Saint-Pierre ?
Vu le dossier intitulé "Interpellation - "Procédure de radiation du registre de la population"", inscrit à l'ordre du jour du Conseil communal à la demande de M. Tanguy VERHEYEN et Mme Anne-Charlotte d'URSEL

Marchés publics : une gouvernance moderne et exemplaire nécessaire

Par Interpellations, Mes actions Aucun commentaires

Monsieur le Bourgmestre,

Une gouvernance moderne et exemplaire est le premier chapitre de la déclaration de politique générale de majorité.

Nous avons vécu un problème de gouvernance important avec l’A.S.B.L. du centre sportif de Woluwe-Saint-Pierre pour laquelle nous exerçons une tutelle et avons octroyé une concession en date du 01.01.2009.

Un marché public y a été décidé, organisé et instruit par le Bureau de l’A.S.B.L. incompétent en la matière. De plus, ce même bureau a récolté les offres, rédigé une évaluation et sélectionné le concessionnaire sans aucune communication ni publicité à l’égard du Conseil d’Administration » ;

Le bureau a souhaité réunir le conseil d’administration deux mois plus tard, pour attribuer le marché en dépit du caractère illégal de la procédure. Aucune pièce n’a été transmise au C.A. lors de la convocation. Suite aux questionnements d’administrateurs, le vote a été reporté par deux fois. L’intitulé de vote lui-même été changé plusieurs jours après la réunion du C.A. pour convaincre les administrateurs de voter.

Il s’est avéré par la suite que le marché n’avait pas été réalisé conformément aux règles et usages en la matière et a été annulé.

La concordance entre cette procédure tout à fait anormale et la proximité du candidat retenu avec certains membres du bureau a renforcé le malaise et les questions légitimes entourant ce marché.

  1. Quelles formations sont données aux A.S.B.L. communales par la commune en la matière ? Comment ceci fonctionne-t-il ?
  2. Quel support est-il prévu par l’administration communale ? quel contrôle exerce-t-elle sur les marchés y relatifs ?
  3. La commune compte-elle envoyer une lettre au bureau de l’A.S.B.L. pour lui manifester son mécontentement et rappeler les règles strictes en matière de marchés publics ?
  4. Pourquoi le bureau de l’A.S.B.L. n’a-t-il ni convoqué ni informé le C.A. de ce marché ?
  5. Quel a été l’appui du service marché public de l’administration communale dans ce marché ?
  6. Pourquoi aucune grille d’évaluation n’a-t-elle été réalisée « in tempore non suspecto » ?
  7. Pourquoi l’intitulé du vote a-t-il été changé après que ce dernier ait été ouvert ?
Vu le dossier intitulé "Interpellation - "Marchés publics : une gouvernance moderne et exemplaire nécessaire"", inscrit à l'ordre du jour du Conseil communal à la demande de Mme Carla DEJONGHE, Mme Muriel GODHAIRD et M.Tanguy VERHEYEN, conseillers communaux ;

Trouwplechtigheden in openlucht

Par Interpellations, Mes actions Aucun commentaires

Meneer de Burgemeester,

Door de coronacrisis hebben ontzettend veel koppels sinds maart 2020 hun trouwplannen aan de kant moeten schuiven. Ondertussen zijn we een jaar verder en zijn grootse trouwplechtigheden nog steeds verboden.

Trouwen mag enkel in het gezelschap van maximum 15 aanwezigen, en niet alle gemeentehuizen kunnen dergelijke plechtigheden aanbieden. Bovendien zien sommige koppels en gasten dit gewoonweg niet zitten door het samenkomen in een besloten ruimte.

Daarom is trouwen in openlucht een optie. In tal van gemeenten is dit sinds kort ook mogelijk. Zelfs huwen in een markante en/of romantische plaats wordt in sommige gemeenten aangeboden Nu de coronamaatregelen de burger aanzetten om ons meer buiten te begeven, promoten we dat idee ook door het huwelijk in open lucht te laten voltrekken door de ambtenaar van de burgerlijke stand.

Steeds meer koppels kiezen bewust om geen religieuze huwelijksplechtigheid te houden, dus wint het burgerlijk huwelijk ook aan symbolisch belang.  In dat licht is het ook opportuun om als burgerlijke stand maximaal klantgericht te werken en aanstaande echtgenoten de optie te bieden om op een andere plaats dan het gemeentehuis te trouwen.

Om die reden stel ik u de volgende vragen :

  • Kan er onderzocht worden welke alternatieve en/of openlucht locaties zouden kunnen fungeren als trouwlocatie? ;
  • Kan men de modaliteiten waarbinnen dit georganiseerd kan worden uitwerken? 
Gelet op het dossier "Interpellatie - "Trouwplechtigheden in openlucht"", ingeschreven op de agenda van de Gemeenteraad op verzoek van Mevr. Carla DEJONGHE en Dhr. Tanguy VERHEYEN, gemeenteraadsleden ;

Règles et pratiques relatives à l’utilisation du PVC pour les menuiseries extérieures à Woluwe-Saint-Pierre

Par Interpellations, Mes actions Aucun commentaires

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames et Messieurs les membres du Collège,

Après avoir déjà abordé ce thème en 2016, je souhaite connaître la position de la commune et du service de l’urbanisme suite à l’installation du nouveau Collège des Bourgmestre et Echevins concernant l’utilisation du PVC pour tout ce qui concerne les menuiseries extérieures sur le territoire de Woluwe-Saint-Pierre.

En effet, un grand nombre de permis d’urbanisme se voit interdire l’utilisation de ce matériau pour en préférer d’autres (aluminium thermolaqué ou bois), l’avis de la commission de concertation sur l’usage de ce matériau est la plupart du temps négatif.

Quelle est la position de la commune à ce sujet ? Pourquoi ?

Sur quelle base légale se fonde cette position ? Quels en sont les fondements en cas de recours ?

Quelle communication est faite à l’égard du citoyen concernant ce point ?

Y a-t-il des quartiers qui font l’objet d’une restriction particulière ? Un règlement zoné interdit explicitement le PVC pour le quartier EUROPE, qu’en est-il des autres quartiers communaux ?

Y a-t-il une volonté d’établir un règlement pour l’ensemble du territoire ?

Vu le dossier intitulé "Interpellation - "Règles et pratiques relatives à l’utilisation du PVC pour les menuiseries extérieures à Woluwe-Saint-Pierre"", inscrit à l'ordre du jour du Conseil communal à la demande de M. Tanguy VERHEYEN, conseiller communal ;

Motion relative au non-remplacement d’un échevin démissionnaire

Par Interpellations, Mes actions Aucun commentaires

Considérant qu’en 2014 la déclaration de politique générale de la majorité régionale sortante, qui comprenait deux partis de la présente majorité communale, à savoir le CDH et DEFI, mettait en place une réforme de la gouvernance qu’il convient de poursuivre.

Considérant que la déclaration de politique générale de la majorité régionale sortante stipulait clairement qu’il était « indispensable de s’assurer que l’action publique soit suffisamment performante pour se concentrer sur un nombre prioritaire de politiques essentielles pour l’avenir. »

Considérant que ladite majorité régionale affirmait alors, sur cette base, que tendre vers la bonne gouvernance régionale, c’était s’assurer que chaque euro dépensé le soit à bon escient.

Considérant que la majorité régionale sortant a fait voter en Janvier 2018 un Projet d’ordonnance relative à la limitation du nombre de mandataires communaux et à l’institution de nouvelles mesures de gouvernance en Région de Bruxelles-Capitale.

Considérant que lors des discussions en commission à propos dudit projet d’ordonnance, à la fois ECOLO et DEFI avaient stipulés être favorable à la limitation du nombre d’échevins.

Considérant qu’avec ce projet d’ordonnance, le gouvernement régional sortant souhaitait « préparer le débat sur la réduction du nombre de mandataires politiques dans notre Région, auquel il n’échappera pas ».

Considérant l’étude des centres universitaires de la VUB et de l’ULB qui confirmait, dans ces évaluations préliminaires que, même une diminution contrôlée, n’entrainerait aucun effet sur la représentation politique, la représentation des deux sexes et la représentation linguistique, gages d’une démocratie saine.

Considérant que la Déclaration de Politique Générale 2019-2024 de l’actuelle majorité à Woluwe-Saint-Pierre stipule clairement la volonté des partis y ayant adhéré de vouloir assurer à la fois une gestion des finances saines, équilibrée et efficace ainsi qu’une administration performante et au service de tous.

Considérant que pour ce faire, la majorité s’engageait clairement à « exercer un contrôle strict de l’endettement afin d’éviter de reporter la charge sur les générations futures » ainsi qu’à poursuivre le développement interne d’une politique moderne et exemplaire des ressources humaines pour un service optimal à la population.

Considérant les chiffres publiés en 2014 par Eurostat qui montrent que la Belgique dépense 15.2% de son PIB dans l’administration publique.

Considérant qu’au sein de cette enveloppe, 80% des dépenses étaient réalisées par les entités fédérées et les pouvoirs locaux.

Considérant que la Région et les pouvoirs locaux disposent de leviers/moyens d’action pour opérer un tel changement.

Considérant les statistiques publiées en 2015 par l’Institut Bruxellois de Statistique et d’Analyse (IBSA) qui démontraient que la commune de Woluwe-Saint-Pierre était la plus dépensière en termes de rémunération du personnel en y consacrant 49.7% de son budget annuel.

Considérant que les objectifs de bonne gouvernance, de rationalisation des moyens et de recherche d’efficacité définis dans la Déclaration de Politique Générale 2019-2024 de la majorité communale devraient nécessairement se refléter dans la gestion du budget de la commune.

Considérant qu’il serait à la fois possible, mais aussi souhaitable en termes de gestion, que les attributions dévolues à un échevin supplémentaire soient redistribuées entre les échevins présents au sein du collège actuel, sans nécessité de remplacement.

Considérant que cette redistribution permettrait de dégager des moyens supplémentaires qui seraient directement mis au bénéfice d’une amélioration de la qualité des services à la population dispensés par la commune.

Considérant que l’article 16 de la Nouvelle Loi Communale (1988) stipule que les communes comptant de 30.000 à 49.999 habitants doivent disposer au sein de leur Collège de 7 échevins, dont au moins 3 échevins d’un sexe différent des autres.

Considérant qu’au 1er janvier 2018 la commune de Woluwe-Saint-Pierre comptait 41.580 habitants et qu’elle dispose à ce jour de 8 échevins, dont un échevin démissionnaire.

Considérant dès lors que la commune de Woluwe-Saint-Pierre compte d’ores et déjà un échevin supplémentaire par rapport à ce qui est prévu par la loi, ce qui ne se justifie pas au regard de la taille de la commune, de la charge de travail du collège, ou du budget disponible.

Le Groupe Open MR demande dès lors au Collège des Bourgmestre et Echevins :

  • de respecter les engagements pris par les partis de la majorité communale, à la fois aux échelons régionaux comme communaux, en faveur de la bonne gouvernance, de l’optimisation des dépenses, de l’amélioration du service au citoyen et de l’utilisation la plus rigoureuse des finances publiques.
  • d’analyser avec diligence la possibilité de ne pas remplacer automatiquement les échevins démissionnaires lorsque cela est légalement possible et, en lieu et place, de redistribuer leurs compétences aux échevins existants dans un but de rationalisation des effectifs et de bonne gouvernance.
  • de ne pas présenter un nouveau candidat par écrit, comme le demande l’article 15§1 de la Nouvelle Loi Communale, mais de présenter par écrit, le cas échéant, une proposition de redistribution desdites attributions de l’échevin démissionnaire au sein du collège existant.
Vu le dossier intitulé " Motion relative au non-remplacement d’un échevin démissionnaire", inscrit à l'ordre du jour du Conseil communal à la demande de Mme Anne-Charlotte d’URSEL et M. Tanguy VERHEYEN, conseillers communaux ;
Close Menu