Cet article est paru dans le Wolumag de novembre 2017.

La recherche d’une crèche devient un exercice de plus en plus périlleux pour les parents. Non seulement les places sont rares mais, de plus, les alternatives privées sont souvent très onéreuses et donc difficilement accessibles pour de nombreux ménages. Face à cette situation, le service public se doit d’être au rendez-vous en proposant des solutions à la hauteur des enjeux et des attentes de nos habitants. C’est aussi une des clés pour pouvoir attirer des jeunes ménages dans la commune.

Les chiffres

Aujourd’hui, à Woluwe-Saint-Pierre, 1300 enfants sont en âge de fréquenter les crèches.

Notre capacité est la suivante :

  • 328 places en crèches communales
  • 28 en haltes accueil
  • une accueillante à domicile (4 places)
  • 112 places dans le réseau des crèches privées

Soit un total disponible de 472 places sur tout le territoire de notre commune.

Le problème

350 demandes d’inscription en crèche parviennent chaque année à la commune. Sur l’ensemble de ces demandes, nous ne répondons en réalité positivement qu’à 1/3 de celles-ci !

Ceci est nettement insuffisant et crée des situations très compliquées pour les parents.

Aujourd’hui, la commune est en train d’agrandir deux crèches communales afin de nous permettre d’augmenter la capacité. Les travaux coûtent extrêmement chers pour créer finalement assez peu de places. Pour preuve l’agrandissement de la crèche du Centre qui va permettre la création de 16 places supplémentaires a un coût de 666 521 euro ! Si on soutient bien entendu l’augmentation du nombre de places, on peut s’interroger sur ces montants et donc sur le choix du lieu.

Nos solutions

Toutes les mesures doivent être prises pour faire face à ce problème, mais en veillant systématiquement à garantir la meilleure gestion financière de notre commune. Nos priorités pour Woluwe-Saint-Pierre que nous défendons et défendrons pour l’avenir sont claires :

  • Créer de nouvelles crèches communales afin d’augmenter le nombre de places disponibles rapidement, et de manière beaucoup moins onéreuse que par des travaux lourds d’agrandissement des crèches existantes
  • Accentuer la pression sur la Région et la Fédération Wallonie-Bruxelles afin d’améliorer le statut des accueillantes à domicile et le développer dans notre commune. Il s’agit d’une structure légère, moins couteuse à la collectivité et répond au besoin de nombreux parents à la recherche de petites structures de type familial.

 

Nous suivons de près ce dossier et maintenons une pression constante pour garantir à nos habitants un accueil de la petite enfance à la hauteur de leurs attentes !