Par la volonté du Collège, de nouveaux horodateurs vont être placés dans notre commune. Ceux-ci ont entre autres fait l’objet d’une description dans le Wolumag. Pouvez-vous expliquer la genèse de ce projet et son état d’avancement à ce jour ?

Selon toute vraisemblance, notre commune va à présent demander aux automobilistes d’encoder leur plaque dans le système. Suite aux expériences déjà menée par d’autre communes bruxelloise, ce modus operandi s’avère être chronophage, créant ainsi des files devant les appareils, et peu apprécié du citoyen. Pourquoi dès lors le Collège persévère-t-il dans cette voie ? un argument longtemps avancé est la multiplication des tickets gratuits que certains utiliseraient, existe-t-il une statistique objective de ce phénomène ?

– Combien d’horodateur (ancienne génération) sont aujourd’hui présent dans notre commune ?

– Combien de nouveaux horodateurs vont les remplacer ? quel sont les dates prévues de ces nouvelles installations ? par phase ?

– Quel est le coût par nouvel horodateur pour la commune ? quels budgets sont prévus à cet effet ?

– Quel est le revenu annuel dégagé par ces horodateurs pour la commune ?

Réponse donnée à l’oral lors du conseil communal :

79 horodateurs ont été commandés, pour un coût de 6420 € par pièce et un total au budget de 510 000 €. Les nouveaux horodateurs sont dans l’ère du temps. Il faudra indiquer sa plaque, cela permettra d’empêcher certaines personnes de demander plusieurs fois de suite un ticket gratuit. Demain il sera possible de payer par monnaie, carte bancaire, carte de crédit et SMS. Fin décembre 2017 ils auront tous été remplacés. Les recettes actuelles dégagées par les horodateurs de la commune sont de : en 2014 : 281 852 € ; en 2015 : 427 510 € ; en 2016 : 408 786 € ; en 2017 : en novembre : 219 450 €, il est prévu d’atteindre 280 000 € fin d’année.