Skip to main content
Monthly Archives

février 2022

Finances communales : les caisses sont à présent (presque) vides

Par Journaux communaux, Mes actions Aucun commentaires

D’année en année, nous alertons sur un train de vie trop dépensier de la majorité par rapport aux moyens dont nous disposons.

Très récemment, la situation du Covid a créé un surcoût de 2,5 millions d’euro à la commune et nous espérions un véritable plan, département par département afin de remettre nos finances sur les bons rails. Malheureusement, toutes les années se suivent et se ressemblent : aucun changement dans les dépenses. Covid ou pas Covid, la majorité ne change pas de trajectoire, ce qui nous inquiète.

Afin de se rendre compte de l’évolution financière de notre commune, il est utile de comparer la situation actuelle par rapport à 2012, lorsque le MR laissait les finances communales de Woluwe-Saint-Pierre parmi les mieux gérées des communes de la Région de Bruxelles-Capitale :

1. Augmentation de la dette à long terme de 26 %

Ceci est une grande première, la dette à long terme de notre commune va à présent atteindre plus de 29 millions d’euro, soit une hausse de 6 millions d’euro en à peine 10 ans.

Arrivé en 1983, alors que Woluwe-Saint-Pierre était l’une des communes les plus endettées de Belgique, le MR a tout fait pour réduire ce déficit et redonner du souffle à notre commune exsangue. En effet, il n’y avait alors même plus suffisamment de liquidité pour payer notre personnel en fin de mois… La dette était à un niveau de 163 millions d’euro et, mandature après mandature, n’a fait que diminuer.

Aujourd’hui, nous constatons une réelle rupture. Augmenter notre endettement ne revient ni plus ni moins à vivre au-dessus de nos moyens et faire porter cette charge aux générations futures.

2. Une diminution des réserves presque de moitié

Alors que notre commune disposait de réserves confortables, de l’ordre de 22 millions d’euro en 2012, celles-ci ont été consommées généreusement, ne laissant à présent plus que 14 millions disponibles.

Si d’un côté notre dette augmente, et que de l’autre nos réserves diminuent, on se rend vite compte de la rapidité à laquelle notre situation financière est en train de se dégrader.

3. Le coût du personnel augmente énormément (plus de 17% ces 6 dernières années) mais ce n’est pas uniquement à cause d’inflation…

Le coût de personnel représente 42% de nos dépenses. S’il est clair que cette année de fortes inflations auront un impact important sur celui-ci, il serait trop facile de se cacher derrière ce seul aspect. Trois autres paramètres méritent notre attention !

  • La commune emploie beaucoup plus de personnel que le cadre réglementaire. En effet, le « cadre » est une référence du nombre de personnel nécessaire à l’activité de chaque commune bruxelloise. Ainsi, si à Woluwe-Saint-Pierre 455 ETP (équivalent temps plein) sont suffisants, en réalité la commune en emploie 506.
  • Le nombre de personnes travaillant pour la commune ne cesse d’augmenter, cette année encore : +3 % par rapport à l’année dernière.
  • Le nombre de collaborateurs pour les échevins a augmenté et, si cela continue, il en coûtera 1 millions d’euros sur la mandature !

4. Le budget extraordinaire survit grâce à la vente du patrimoine et Brutélé… mais ceci aura une fin

C’est un secret de polichinelle, la vente du patrimoine communal n’a jamais été aussi soutenue et rythmée que ces 10 dernières années, il ne reste plus grand-chose… Et le budget 2021 n’y échappe pas ! Cette fois, la majorité vend une propriété avenue Declercq estimé à 450.000 €, un terrain chaussée de Stockel d’une valeur de 60.000 € et une maison au Chant d’oiseau  estimé à 1.300.000 €.

Par ailleurs, la majorité va utiliser le montant de la vente de nos parts communales dans Brutélé (10 millions d’euro) pour financer les 3 prochaines années. Sans cette vente exceptionnelle, le budget n’était simplement plus finançable. Et 3 ans, c’est juste assez pour tenir… jusqu’aux prochaines élections !

Close Menu