Skip to main content
Catégorie

Journaux communaux

Deux dossiers emblématiques adoptés lors du dernier Conseil Communal grâce au soutien de l’Open MR

Par Journaux communaux, Mes actions Aucun commentaires

Pour garantir la présence de distributeurs de billets dans nos quartiers

Nous avons pris l’initiative et déposé des textes à la Région bruxelloise et à la commune de Woluwe-Saint-Pierre développant les mesures à prendre pour enrayer la disparition des distributeurs de billets et agences dans les différents quartiers de Woluwe-Saint-Pierre. Comme vous avez pu le lire une motion a finalement été adoptée le mois dernier à l’unanimité du conseil communal. Nous nous réjouissons qu’un combat dont nous étions précurseurs soit aujourd’hui rejoint par l’ensemble des partis.   

Pour lutter contre l’augmentation drastique du coût du stationnement à Bruxelles

Le Gouvernement bruxellois a soumis un nouveau projet de réglementation régionale en matière de stationnement, sur lequel notre commune s’est positionnée dans la douleur. En effet, la majorité Liste du Bourgmestre/Ecolo/Défi s’est déchirée en proposant deux textes distincts. D’une part celui de la liste du Bourgmestre et, d’autre part, celui du nouvel axe Ecolo/Défi wolusampétrusien.

Si le premier texte est clairement négatif à ce projet, le second est nettement moins clair… Favorable, dit Ecolo. Nuancé et avec quelques remarques, dira DéFi. Une position Ecolo/Défi qui ne risque pas d’amener la Ministre de la Mobilité à revoir sa copie.

Reconnaissons tout d’abord que le timing du dépôt de cet arrêté stationnement par le gouvernement a de quoi interpeller. En pleine crise économique et sanitaire, les Bruxellois sont confrontés à une explosion des prix de l’énergie et une baisse de leur pouvoir d’achat et c’est ce moment-là que le gouvernement bruxellois choisit pour augmenter le coût des cartes de riverains, des amendes et le coût du stationnement, partout, dans toutes les zones, et de manière drastique sans aucune analyse spécifique à chaque quartier.

L’Open MR défend une politique équilibrée en matière de mobilité et c’est pourquoi nous sommes fermement opposés au projet d’arrêté qui nous est soumis par le Gouvernement bruxellois. Tout comme les communes de Saint-Josse, Koekelberg, Evere, Berchem, Etterbeek ou encore Woluwe-Saint-Lambert. Ces augmentations des tarifs de stationnement vont accabler en particulier les Bruxellois qui n’ont pas de garage, les familles, les professionnels, les indépendants, les classes moyennes, les personnes défavorisées. N’oublions pas que 47% des Bruxellois possèdent une voiture, et que 24% des Bruxellois les plus pauvres en ont une. A WSP, nous comptons 22.000 véhicules motorisés, ce qui représente, pour se faire une idée, le nombre de boîtes aux lettres sur notre commune.

L’autonomie communale est véritablement mise à mal dans l’arrêté du gouvernement. Or qui connait mieux qu’une commune les besoins de ses habitants, la dynamique de ses quartiers, la pression qui est exercée sur son stationnement ? Le nombre de cartes de riverains à donner, les cartes de dérogations, le prix des cartes visiteurs, la durée des places shop and go pour soutenir les commerces. Ce n’est pas à la région de décider. Fini la demi-heure gratuite et que dire des 3/4 d’heure sur la place Dumon qui avait pourtant fini par réconcilier autorités communales, commerçants et habitants ?

Excessif, disproportionné, anti-commercial voilà quelques-uns des qualificatifs donnés par de nombreuses communes bruxelloises à l’égard de l’arrêté. Il faut le réformer en profondeur !

Mais quel est le véritable problème de la politique de stationnement à Bruxelles ? A ce jour, ce ne sont pas les tarifs, mais bien l’agence Parking.Brussels, sa gestion, son fonctionnement, sa comptabilité. S’il fallait la réformer, rien n’imposait par contre au gouvernement d’augmenter drastiquement les tarifs. Vous l’aurez bien compris, nous nous y opposons fermement. Cela va dans le sens de l’avis présenté par la liste du bourgmestre et adopté au conseil, au nom de toute la commune de Woluwe-Saint-Pierre, grâce au soutien de l’Open MR. Celui-cia permis d’envoyer un signal fort à la Région soit un vote de 25 voix contre seulement 9 pour l’avis présenté par Défi et Ecolo.

Finances communales : les caisses sont à présent (presque) vides

Par Journaux communaux, Mes actions Aucun commentaires

D’année en année, nous alertons sur un train de vie trop dépensier de la majorité par rapport aux moyens dont nous disposons.

Très récemment, la situation du Covid a créé un surcoût de 2,5 millions d’euro à la commune et nous espérions un véritable plan, département par département afin de remettre nos finances sur les bons rails. Malheureusement, toutes les années se suivent et se ressemblent : aucun changement dans les dépenses. Covid ou pas Covid, la majorité ne change pas de trajectoire, ce qui nous inquiète.

Afin de se rendre compte de l’évolution financière de notre commune, il est utile de comparer la situation actuelle par rapport à 2012, lorsque le MR laissait les finances communales de Woluwe-Saint-Pierre parmi les mieux gérées des communes de la Région de Bruxelles-Capitale :

1. Augmentation de la dette à long terme de 26 %

Ceci est une grande première, la dette à long terme de notre commune va à présent atteindre plus de 29 millions d’euro, soit une hausse de 6 millions d’euro en à peine 10 ans.

Arrivé en 1983, alors que Woluwe-Saint-Pierre était l’une des communes les plus endettées de Belgique, le MR a tout fait pour réduire ce déficit et redonner du souffle à notre commune exsangue. En effet, il n’y avait alors même plus suffisamment de liquidité pour payer notre personnel en fin de mois… La dette était à un niveau de 163 millions d’euro et, mandature après mandature, n’a fait que diminuer.

Aujourd’hui, nous constatons une réelle rupture. Augmenter notre endettement ne revient ni plus ni moins à vivre au-dessus de nos moyens et faire porter cette charge aux générations futures.

2. Une diminution des réserves presque de moitié

Alors que notre commune disposait de réserves confortables, de l’ordre de 22 millions d’euro en 2012, celles-ci ont été consommées généreusement, ne laissant à présent plus que 14 millions disponibles.

Si d’un côté notre dette augmente, et que de l’autre nos réserves diminuent, on se rend vite compte de la rapidité à laquelle notre situation financière est en train de se dégrader.

3. Le coût du personnel augmente énormément (plus de 17% ces 6 dernières années) mais ce n’est pas uniquement à cause d’inflation…

Le coût de personnel représente 42% de nos dépenses. S’il est clair que cette année de fortes inflations auront un impact important sur celui-ci, il serait trop facile de se cacher derrière ce seul aspect. Trois autres paramètres méritent notre attention !

  • La commune emploie beaucoup plus de personnel que le cadre réglementaire. En effet, le « cadre » est une référence du nombre de personnel nécessaire à l’activité de chaque commune bruxelloise. Ainsi, si à Woluwe-Saint-Pierre 455 ETP (équivalent temps plein) sont suffisants, en réalité la commune en emploie 506.
  • Le nombre de personnes travaillant pour la commune ne cesse d’augmenter, cette année encore : +3 % par rapport à l’année dernière.
  • Le nombre de collaborateurs pour les échevins a augmenté et, si cela continue, il en coûtera 1 millions d’euros sur la mandature !

4. Le budget extraordinaire survit grâce à la vente du patrimoine et Brutélé… mais ceci aura une fin

C’est un secret de polichinelle, la vente du patrimoine communal n’a jamais été aussi soutenue et rythmée que ces 10 dernières années, il ne reste plus grand-chose… Et le budget 2021 n’y échappe pas ! Cette fois, la majorité vend une propriété avenue Declercq estimé à 450.000 €, un terrain chaussée de Stockel d’une valeur de 60.000 € et une maison au Chant d’oiseau  estimé à 1.300.000 €.

Par ailleurs, la majorité va utiliser le montant de la vente de nos parts communales dans Brutélé (10 millions d’euro) pour financer les 3 prochaines années. Sans cette vente exceptionnelle, le budget n’était simplement plus finançable. Et 3 ans, c’est juste assez pour tenir… jusqu’aux prochaines élections !

3 ans depuis les dernières élections : un bilan mitigé et des finances publiques qui se dégradent

Par Journaux communaux, Mes actions Aucun commentaires

Vous avez eu droit le mois passé, outre 10 pages politiques, à la moitié d’un magazine communal consacré au bilan de mi-mandat. Comme souvent, la réalité est plus nuancée que celle que s’attribuent les auteurs des faits d’armes…

Soyons de bon compte. Il s’agit d’abord de saluer le travail accompli en matière sanitaire, dans un contexte compliqué. Les Wolusanpétrusiens ont eu la chance de disposer d’un centre de vaccination sur le territoire de leur commune. Cette proximité est d’autant plus importante dans une commune qui compte un nombre important de résidents âgés, susceptibles de développer une forme plus grave du virus. Merci à tous les bénévoles pour l’énorme élan de solidarité dont ils ont fait preuve. Il faut aussi reconnaitre les avancées dans la pacification des relations dans les écoles communales, lesquelles avaient été sujettes à de grosses tensions lors de la précédente mandature.

A côté de ces éléments positifs, nous ne pouvons passer sous silence une série de motifs d’inquiétude.

Avant tout, le budget 2021 et la situation financière de la commune qui continuent de se dégrader. En analysant de près le budget, on s’aperçoit que les recettes sont factices. Elles proviennent en effet de la vente du patrimoine de la commune, ce qui participe en réalité à son appauvrissement.

Pour faire face aux dépenses extraordinaires, la commune prévoit de souscrire des emprunts supplémentaires pour 6.000.000€ et le CPAS pour 680.000€. Certes, les impôts n’ont pas  encore augmenté, mais la dette ne cesse de croître, le patrimoine s’évapore et les réserves de plus de 10 millions laissées par le MR en 2012 ont disparu. De plus, la dotation communale versée au CPAS a fortement augmenté, passant de 5.900.000 € en 2019 à 8.500.000 € en 2020. En 2019, année précédant le Covid, la situation du CPAS s’était déjà dégradée, mais par un tour de passe-passe budgétaire, on essaie de nous faire croire que l’augmentation de la dotation communale de 2.600.000 € en 2020 serait due uniquement à la crise sanitaire.

Le nombre de personnes travaillant pour la commune et plus précisément d’emplois équivalents temps plein est incorrect et apparait diminué alors qu’il est en constante augmentation. La majorité engage du personnel «politique» pour les cabinets des échevins hors cadre alors que du personnel communal compétent et expérimenté est à la disposition des échevins. Une première qui va coûter cher à votre portefeuille. Précisons qu’en matière de frais de fonctionnement, une augmentation de 2,3 % est autorisée par la Région, mais que le budget 2021 de la commune prévoit une croissance de 3,93%! En continuant sur cette voie, la commune va rendre irrémédiable une augmentation des
impôts dans les prochaines années.

Nous regrettons les projets immobiliers excessifs qui dénaturent les quartiers et auxquels s’opposent les riverains. Pour les Dames Blanches, par exemple, un accord a été trouvé entre la commune et la région pour 200 logements dont 120 sociaux là où nous aurions préféré préserver les espaces verts. Nous espérons que la consultation populaire sera lancée au plus vite pour renvoyer ce projet démesuré dans les limbes. La place de l’Orée et la rue François Gay sont également des exemples de passage en force de la commune sans l’avis des riverains. Dans tous ces projets, la commune bénéficie pourtant de leviers
importants pour modifier ceux-ci et pallier les problèmes de gabarit, luminosité, mobilité, environnement.

Un bilan mitigé donc, que nous continuerons à suivre attentivement depuis l’opposition!

Close Menu